< Revenir à la liste de textes
+ Proposer un texte

ya basta !

Nous allons le faire !

Vous allez tenter une « union des gauches »,

et cela, cette fois-ci, pour contrer la montée des extrêmes droites, en France comme ailleurs.

Voilà qui corrélé aux bouleversements environnementaux et à l'urgence de bifurquer sur un nouveau modèle de société, nous donne une belle et bonne raison d'agir ensemble.
Contrer, combattre, en idées et en propositions, les partis d'extrêmes droites et leur programme, et non pas leurs électeurs/rices.
Qui pour la grande majorité d'entre eux, sont nos frères et sœurs égarés.
Ceux là, nous ne pouvons les combattre, nous devons les convaincre.
Car pour les observateurs, attentifs, historiens, sociologues, cette montée du vote « extrême droite » est facile à analyser, et de fait, facile à désamorcer. Du moins pour une bonne grosse moitié de celle-ci.

Qui sont-ils ?
Hommes, femmes, de tous milieux, de toutes origines.
Prenons le score « extrême droite » de 1972 aux années 2000, ce sont des convaincus pour la plupart (majoritairement des hommes).
Idéologues, fanatiques, nostalgiques, on les connaît.
Par contre, depuis 2002 environ, voici les nouveaux votants en forte croissance :

-classes moyennes vivant concrètement le déclassement social.

-ouvriers/ères observant la continuité du projet « néo libéral » de démantèlement et de paupérisation, sous tous les gouvernements successifs, de droite ou de gauche.

-petits/tes patrons/nnes broyés/ées par les dettes et les réglementations aberrantes et inégales.

-employés/ées du tertiaire, ne voyant pas le rêve « de la classe moyenne » advenir. Métro, boulot, dodo, et c'est tout !

-déçus/ues de gauche et de droite, déçus/ues du référendum européen, déçus/ues de la justice à deux vitesses, paumés/ées de la mécanisation et de la numérisation du monde.

-jeunes un peu trop connectés, pas trop scolarisés, sans cultures politiques, excités par les « algos » !

-et enfin, les retraités/ées petits/tes propriétaires, qui comme les autres, sont littéralement « traumatisés/ées » par leur télé quotidienne !

Cette liste n'est bien sur pas exhaustive, mais je pense qu'elle résume bien la situation.

Peurs, colères, désarroi, déclassement, sentiment d'insécurité, manipulations et propagandes des « médias » ; ce qui les amènent, tout naturellement en fait , à la recherche désespérée d'un/une responsable à blâmer, à sacrifier ! Pour ne pas se poser la grande question : et moi dans tout ça !?

En liste et dans le désordre : l'étranger/ère, l'assisté/ée, les migrants/tes, le/la gauchiste wok, le/la voisin/ne plus riche et « bobo », etc...etc... la liste varie selon l'histoire et l'imagination de chacun/une.

Un coup de pied dans la fourmilière !? Un coup de semonce à l'ordre établi !? On a jamais essayé ceux -ci !? Et pourquoi pas ceux -là !? Y'en a marre !?

Pensez vous sérieusement mesdames et messieurs, qu'un parti (le RN) dont on connaît parfaitement la sombre histoire de ses origines, qui est une dynastie familiale, totalement alignée (par ses votes successifs à l’Assemblée et en Europe) avec les intérêts des plus puissants néo – libéraux, aux filiations financières douteuses, et complètement inséré dans le jeu institutionnel franco/européen ; puisse de quelques manières que ce soit, changer votre quotidien et celui de vos enfants ?

La démocratie moribonde, n'attend que des citoyens/nnes investis/es et l'union des grands acteurs du changement social, politique et environnemental.
Et ce n'est pas du tout, mais alors pas du tout, les partis d'extrême droite qui seront la solution.

L'histoire nous éclaire fortement sur la situation actuelle et ses débouchés possibles.
Crises financières à répétition, main mise des ultras riches sur les échanges, dettes, géo politique en tension, démocratie en équilibre précaire..... et enfin, Hitler, Mussolini, Pétain et les autres.

Pour une Europe à feu et à sang, la guerre des uns contre les autres, la destruction systématique et erratique, votez pour eux !

Mais juste avant ce « grand désastre », le front populaire et les syndicats ouvriers, et juste après, le Conseil National de la Résistance, pour ce qui est de la France.

« Plutôt Hitler que le front populaire » !, nous aurons constaté le résultat, on ne pourra pas dire « qu'on ne savait pas ».

Alors, pour éviter d'en passer par la case « on rase tout », voici ce que NOUS pouvons essayé de faire.

D'abord s'aimer soi-même, pour pouvoir aimer les autres.
Devenir un acteur/rice du changement, dans sa propre vie, en actes concrets.
Quitter la servitude volontaire et entrer dans le monde social et politique, loin de la résignation.
Ne pas attendre « le héros », « le messie » qui ne se présentera jamais, et compter, toujours, sur la coopération et les vérités incontestables du « collectif ».
Comprendre que les processus démocratiques sont de nature incertains et toujours en construction/consolidation.
La compléxité de notre monde n'accepte pas les idées simplistes.

Et bien sur, bien identifier les « responsables » des dysfonctionnements observés :

100 milliards de fraude et d'optimisation (rendons la illégale) fiscale. Si cela était perçu par l'état, alors tout le système serait parfaitement fonctionnel et bénéfique pour la très grande majorité (plus de « trou » ? de la sécu, assurance chômage équilibrée, services publics correctement dotés pour leurs missions etc..)
Contre 3 milliards de fraude sociale (dont une grosse partie sont les sociétés en fraude aux cotisations et impôts) ! Ils sont où les « assistés » et les « fraudeurs « ?

Démantèlement de l'industrie et privatisations des services publics par les multinationales extra étatiques, adoubées par les partis politiques (de droite, du centre ou de gauche) soumis ou hypnotisés par le « libéralisme mondialisé » et la promesse du « progrès social par ruissellement ».

Mains mises de ces multinationales et « think tank néo libéraux « sur les médias, les scientifiques et leurs recherches, et les partis politiques.

Toutes ces politiques, menant invariablement et ce de tous temps et partout, à la plongée dans la pauvreté, la précarité, l'incertitude de beaucoup d'entre nous ; à la détresse des travailleurs exploités et en quête de sens, dans leur travail et dans leur vie.

À l'endettement généralisé.

À la haine, entre ceux et celles, qui devraient s'unir et collaborer pour changer leur quotidien.

À la désillusion, donc, face au politique, dans sa capacité à inverser la courbe infernale.

Tout cela, aujourd'hui, n'a pas de fins qui seraient déjà connues !

« L'inéluctable n'est pas encore advenu » pourrions nous dire.

Nous ne croyons pas au destin, mais à l’enchevêtrement des nécessités du monde et du libre arbitre.

Sachant que de tous temps, ce qui unit les humains et leur permet de continuer à vivre, sont les forces de l'entraide, de la collaboration, des expériences partagées en collectif, de l'affection, de l'altruisme, de la soif de connaissances, de l'amour, du doute, du rire et de toutes ces forces qui nous traversent en permanence, et qui peuvent, lorsque nous nous sentons trahis ou abandonnés, nous mener aussi, à la haine de l'autre, voir de nous-mêmes.

Sachons le, et évitons une nouvelle fin tragique, en nous mobilisant au quotidien, avec tous les autres, pour faire advenir ce que nos prédécesseurs on pu appeler : « les jours heureux » !

Pour le bien de tous !

Faisons le monde que nous voulons voir advenir, ne l'attendons pas !

Écoutons, lisons, partageons, construisons, agissons, aimons, jouissons, hérisson.

Tout le monde peut devenir le pire de lui-même.
Tout le monde peut s'en sortir.
nous sommes des adultes, nous sommes des enfants,
nous sommes des monstres, nous sommes des savants,
nous sommes des amis, nous sommes des parents,
nous sommes humains, nous sommes le temps ! Présents.

Pour mettre des mots, des pensées éclairantes et quelques chiffres et ordres de grandeurs dans nos esprits, voici des auteurs/trices dont toute ou partie de la bibliographie est à lire ou à relire, et qui vous mènerons tout naturellement, vers d'autres écrits d'auteurs/trices remplis/es de territoires inconnus, merveilleux, instructifs et foisonnants.

Alain Supiot / lucrèce / Bernard Friot / Simone Weil (la philosophe) / Baruch Spinoza / Laurent Muchielli / Noam Chomsky / Jacques Ellul / Jean Jacque Rousseau / Sophie Wanhich / johann Chapoutot / Pierre Bourdieu / Jean de la Fontaine / Etienne de la Boétie / Nicolas Da Silva / James Gleick / Jared Diamond / Guy Debord / James Baldwin / Aldous Huxley / Louise Michel / Pablo Servigne / le rapport « Meadows » / le programme du Conseil National de la Résistance / associations : SystExt / quadrature du net / anticor / réseau salariat / conférences gésticulées..

et de nombreux/ses autres bien sur, à découvrir dans la grande bibliothèque du monde.

Chacun trouvera ici son fil à tirer, pour ne plus le lâcher, et arpenter les chemins tendres et sinueux

de la connaissance et du voyage de la lecture.

Qui apaisent, soulèvent et transforment.

On pourra aussi bien sûr, pour la plupart d'entre eux, les écouter.

Écouter aussi, la musique, voire la beauté et l'art, partout.

Lorsque les graines tombent sur le sol de la forêt, tous les arbres ne poussent pas.

Mais certains d'entres eux, finalement, jaillissent !

Ils faut que l'on puisse dire, quoi qu'il advienne, on aura essayé !

A vous tous,

la tâche est grande mais l'issue hautement désirable,

affectueusement.

P.